12° 22°
Weather

Une terre d’histoire !

Des siècles qui ont tant à vous raconter...

  • Tourisme

La légende du Babau

Une histoire qui fait encore trembler les rivesaltais !

Il était une fois, le 2 février 1290 à Rivesaltes, durant une nuit paisible un vacarme retentit, six bébés viennent de disparaître par une bête énorme entré par le forat del forn. Une autre nuit, le veilleur du village aperçoit dans l’Agly, comme un iguane à la mâchoire redoutable et aux griffes impressionnantes. Quand le Maire demande une description de l’animal, l’homme, devenu bègue de peur, ne peut qu’articuler “va… vau…”, c’est à dire : “il a.… il a.…”. C’est ainsi que “va vau” se transforma en “Ba bau”.

Mais qui pour terrasser le monstre ?

L’homme de la situation est sans nul doute Galdric Trencaven, seigneur et arbalétrier. Il suspend des cochons aux remparts pour appâter la bête. Il dut guetter plusieurs nuits avant que le monstre se manifeste à nouveau. Au bout de la quatrième nuit, le seigneur put enfin décocher deux flèches mortelles dans la gorge de l’animal pour le terrasser ! La population fêta dignement la fin de ce terrible drame, par un banquet mémorable.

Aujourd’hui, une côte est visible à l’Office de Tourisme de Rivesaltes. Si vous y passez, vous pourrez l’apercevoir.

Le monstre du Babau de Rivesaltes ! ©Christian Saladin
Le monstre du Babau de Rivesaltes ! ©Christian Saladin
La Cavalcade des chars dans la ville, fête du Babau ©Sabine Aiguaviva
La Cavalcade des chars dans la ville, fête du Babau ©Sabine Aiguaviva
L'intérieur du musée-maison natale du maréchal Joffre ©BIT de Rivesaltes
L'intérieur du musée-maison natale du maréchal Joffre ©BIT de Rivesaltes

Le Musée Joffre

La maison natale du célèbre maréchal Joffre

Joseph Joffre est né le 12 janvier 1852 dans la maison qui deviendra le musée que nous connaissons aujourd’hui. Il est considéré comme le héros de la bataille de la Marne lors de la première guerre mondiale. 

Le musée est installé au cœur du vieux Rivesaltes, il vous accueille sur ses 200 m2 et sur 3 niveaux. Le rez-de-chaussée est consacré à la carrière et la vie du maréchal. Au premier étage, dans l’appartement de famille on y trouve la chambre natale, son bureau meublé avec des éléments authentiques qui se trouvaient avenue de Lamballe à Paris où il a écrit ses mémoires ainsi que des cadeaux offerts lors de sa carrière. Le deuxième étage est consacré à la bataille de la Marne avec un plan en relief animé et un diaporama. 
Le musée est classé monument historique, et il a reçu en 2011 le label « Maison des illustres ».

Le saviez-vous ? La cuvée Canon du Maréchal du Domaine Cazes est un hommage au maréchal dont les vignes ont été rachetées par la famille Cazes en 1927.

Rivesaltes_MuséeMaréchalJoffre ©MuséeMaréchalJoffre2

Le camp & mémorial de Rivesaltes

Transmettre et ne pas oublier

La plaine de Rivesaltes fut repérée dès 1923 par les autorités militaires comme une zone possédant toutes les caractéristiques adaptées à l’entraînement. Pendant l’Entre-deux-guerres il y a ici une volonté de construire une caserne militaire que l’on appellerait “Camp Joffre”. Il verra le jour à l’aube de la seconde guerre mondiale. La fonction militaire du camp de Rivesaltes sera en partie rythmée par les différentes étapes de ce conflit.

  • Le 12 novembre 1938, un décret est instauré avec une politique d’internement qui vise toutes les personnes susceptibles de représenter un danger pour la France. C’est dans ce contexte sombre que le camp accueillera des réfugiés espagnols fuyant la guerre d’Espagne, des réfugiés de l’Allemagne nazie et d’Europe centrale et orientale. Le centre d’hébergement de Rivesaltes est créé officiellement à partir du 14 janvier 1941.
  • En novembre 1942, les troupes d’occupation allemandes vident le camp. La guerre d’Algérie marque ensuite l’histoire du camp, de nombreuses recrues en partance pour la guerre y séjournent avant d’embarquer à Port-Vendres. Après le départ des Harkis et jusqu’en mars 1966, les baraques du camp sont utilisées pour héberger des militaires d’origine guinéenne engagés avec la France. A cette même période, le camp accueille des combattants Nord-Vietnamiens venus d’Indochine française. Le camp revient ensuite encore une fois à sa vocation militaire.
  • Des décennies plus tard, le mémorial sera inauguré en octobre 2015 pour retracer et témoigner de l’histoire qui a rythmé le destin de 60 000 personnes.
Rivesaltes_Memorial et camp_1_©KevinDolmaire
Rivesaltes_memorial exposition permanente_1_©KevinDolmaire
Rivesaltes_camp baraquements_1_©KevinDolmaire

Autres articles

qui peuvent vous intéresser